La Cour Constitutionnelle se réjouit des dispositions prises par le constituant pour régler la question de la vacance du pouvoir

0
273

La Cour Constitutionnelle s’est réjoui jeudi, lors de sa cérémonie de rentrée solennelle 2021, via sa présidente Marie Madeleine Mborantsuo, du fait que le constituant ait réglé par des dispositions complètes la question de la vacance du pouvoir en faisant passé l’intérim placé sous la seule responsabilité du Président du Sénat, à un intérim assuré par un collège au sein duquel trois membres se partagent la responsabilité de l’exercice des lourdes fonctions présidentielles.

« Le constituant, tirant les enseignements des expériences vécues en 2009, suite à la disparition du Président Omar BONGO ONDIMBA et récemment en 2018, lors de l’indisponibilité temporaire du Président de la République Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, est passé d’un Intérim placé sous la seule responsabilité du Président du Sénat, à un intérim assuré par un collège au sein duquel les trois membres se partagent la responsabilité de l’exercice des lourdes fonctions présidentielles. Les débats et autres échanges entre ces trois hautes personnalités ne manqueront pas d’affiner la réflexion portant sur les problèmes cruciaux de la République aux fins d’aboutir à des décisions judicieuses et équilibrées », a indiqué la présidente de la Cour constitutionnelle.

« La Cour Constitutionnelle se réjouit que le constituant ait réglé par des dispositions complètes ces deux hypothèses de vacance ou d’empêchement définitif, d’une part et d’empêchement temporaire, d’autre part. », va-t-elle ajouter

Elle a expliqué qu’à travers cette réforme, le constituant, a voulu sécuriser la fonction présidentielle en marquant une nette différence entre l’exercice du pouvoir par un Président de la République élu par le peuple souverain et l’exercice de ce pouvoir provisoirement par des personnalités non investies de la souveraineté nationale.

Pour elle, cette révision est marquée par la volonté du constituant de stabiliser les Institutions existantes, leur organisation et leur fonctionnement, et de sécuriser leurs compétences.

Marie Madeleine Mborantsuo a toutefois indiqué qu’il incombera au législateur, sous peu, dans le cadre de la Loi Organique prévue à cet effet, d’apporter toutes les précisions nécessaires et utiles à l’application efficiente de ces dispositions.

Laisser un commentaire