La nouvelle mercuriale, un projet mort-né par la faute de la DGCCRF ?

0
107

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les prix de plusieurs sinon presque tous les produits de première nécessité ont flambé, ce à l’échelle mondiale comme au niveau local. Pour tenter de trouver des solutions à la vie qui devenait de plus en plus chère, le gouvernement gabonais avait pris des mesures fortes du nombre desquels, une nouvelle mercuriale.

Grâce aux milliards injectés par les autorités, cette nouvelle mercuriale avait permis de maintenir les prix pratiqués par les opérateurs économiques avant la guerre en Ukraine et l’inflation mondiale. 48 produits inscrits dans cette mercuriale avaient bénéficié d’un blocage de prix afin de soulager le panier de la ménagère. Il ne restait plus qu’à la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) en tant que bras technique de les faire respecter sur le terrain et préserver ainsi le pouvoir d’achat des populations.

Après le lancement de ladite mercuriale, plusieurs agents de la DGCCRF avaient investi les rues et les marchés à la chasse d’opérateurs économiques véreux et récalcitrants. Une opération qui n’aura été que de courte durée. Il faut croire qu’il ne s’agissait qu’en réalité, d’une campagne de communication, sans réelle motivation, au regard de la recrudescence, ces derniers mois des spéculations des prix. Le prix de l’huile ou de la boîte sardine varie encore aujourd’hui d’un commerce à un autre.

Si le gouvernement s’est engagé à mettre en œuvre les recommandations qui seront issues des travaux des assises, il faut surtout l’implication de tous pour définitivement mettre un terme à ce phénomène.

Laisser un commentaire